The New & Avant-garde Music Store

Fanfare Pourpour More from the Press

In the Press

Pourpour la suite du monde

Réjean Beaucage, Voir, September 16, 2010

Les membres de la Fanfare Pourpour retournent à la p’tite école pour un grand projet qui inclut des ateliers avec les enfants, une parade, un disque et un concert!

La Fanfare Pourpour faisait paraître son quatrième disque en mai dernier, mais c’est déjà plus de 30 ans d’histoire qu’ont au compteur certains de ses membres. Au cours de ces années, la Pourpour a beaucoup voyagé. En 2008, c’est à Bordeaux qu’elle était invitée pour participer au Carnaval des 2 rives qu’organise le diffuseur Musiques de Nuit: «C’est une fête qui rassemble les pauvres de la rive droite et les riches de la rive gauche, explique le joueur de grosse caisse Jacques Duguay. On y a donné des concerts, bien sûr, mais on a aussi donné des ateliers en milieu scolaire, et ça nous a donné envie de poursuivre ce genre de travail ici.»

De retour chez nous, leur attention s’est portée dès l’automne dernier sur l’école élémentaire Champlain, dans le quartier Centre-Sud, et bientôt se sont noués des liens avec le projet «80, ruelle de l’Avenir», un organisme voué aux activités sociales, éducatives et de loisirs en milieu défavorisé. «En mars de cette année, on a commencé à donner des ateliers musicaux à 38 enfants, explique Jacques Duguay, et on a même pu poursuivre avec quelques-uns d’entre eux cet été en camp de jour». Thérèse Lessard, directrice générale de «80…», poursuit: «Il y a eu des activités parascolaires avec la Fanfare, mais surtout des activités intrascolaires, qui impliquaient les professeurs. Ce genre d’activités est excellent pour les élèves, ça augmente, par exemple, leur sentiment d’appartenance à l’école».

Avec l’aide des élèves, les membres de la Fanfare ont composé une chanson, Unique et fantastique, qui sera lancée en single ce vendredi lors du spectacle que donnera la Pourpour à la polyvalente Pierre-Dupuy. «Plutôt que de faire un party pour la fin des cours, on préfère célébrer la rentrée»! lance Duguay. De plus, ce projet aux multiples facettes comporte aussi un volet radiophonique en collaboration avec Radio Enfant (du 13 au 17 septembre, 24 heures sur 24, au 107,9 FM).

Et si cet événement a commencé à mijoter à Bordeaux, il était normal d’inviter quelques Bordelais à participer à l’aventure. Deux musiciens se joindront à la Pourpour lors du concert: l’accordéoniste Michel Macias et le slameur Benjamin Porcedda. On pourra entendre quelques-unes de leurs compositions, arrangées par Luzio Altobelli (accordéoniste dans la Fanfare), ainsi que des extraits du dernier disque de la Pourpour, sans oublier une chanson très spéciale, interprétée par un grand chœur de 38 voix!

Les membres de la Fanfare Pourpour retournent à la p’tite école pour un grand projet qui inclut des ateliers avec les enfants, une parade, un disque et un concert!

C’est le nom d’une fanfare. Et pas n’importe laquelle!

Yves Steinmetz, La Voix de l’Est, July 29, 2010

Pourquoi Pourpour et pas Flonflon? Ou Tsointsoin? Ou Boumboum? Je n’ai pas voulu le leur demander. Peut-être pour garder un petit jardin secret entre nous. Un petit coin de mystère. Pour le reste, je suis tombé sous le charme de Pourpour, dont je suis désormais un fan inconditionnel.

Qu’ont-ils fait, ces gens-là, pour conquérir mon vieux cœur désabusé? Samedi dernier, ils ont secoué Saint-Césaire, mon très sage village dont rien ne vient jamais bousculer la tranquillité. Pourpour est arrivé. Pourpour est descendu dans la rue. Là où se trouvent les gens. Quelle belle idée! Aller chercher le monde pour ensuite le convier au concert. La parade a remué le village, les gens se massaient sur son passage. C’est qui, ça? On leur répondait: Ça? C’est Pourpour. Venez les écouter ce soir.»

C’est quoi, au fond, une fanfare? De la musique bruyante? Du bruit musical? Les deux, et bien plus. La fanfare, c’est un des rares points de rencontre entre le talent artistique et le plaisir populaire. La fanfare, c’est la musique d’orchestre rendue incontournable à ceux et celles qui n’ont peut-être pas envie de savoir ce qu’est la musique d’orchestre. La fanfare, c’est une forme d’art immédiate. Destinée à celles et ceux qui n’y connaissent rien. Ce qui est mon cas.

Je suis romancier. Donc intello. Bon. Ça, c’est le matériel de base. Le métier, lui, consiste à écrire pour que tout le monde puisse me lire.

C’est comme le docteur: il ne t’explique pas la rencontre entre une bactérie et un antibiotique. Il te soigne, point. Et c’est ça, rien que ça, que tu attends de lui.

Et dans la Fanfare Pourpour, c’est exactement ce qui se passe. Les 16 musiciens que j’ai vus sur scène étaient tous des virtuoses. Et, ce qui ne gâte vraiment rien, ils riaient et s’amusaient autant que le monde dans la salle. La musique passait d’eux à nous sans intermédiaire.

Ouf! Quelle soirée! Des tangos qui donnaient des fourmis dans les jambes, de suaves bossanovas, des valses, des cha-cha-cha échevelés et, de temps à autre, un petit goût ashkénaze d’Europe centrale, ou de musique country.

Je devais prononcer un discours de remerciement lors du cocktail VIP, à l’intermission. En tant que président de la Maison de la Culture du Cœur de la Montérégie. Je l’ai réduit à: «Pourpour, je vous aime.» Ce qui était le fond de ma pensée.

La gérante du groupe, Lou Babin, m’a dit: Viens répéter ça sur scène à la reprise. Je l’ai fait. Ce fut mon meilleur discours.

Pourpour, je vous aime.

La Fanfare Pourpour descend dans la rue

Étienne Fortin-Gauthier, La Voix de l’Est, July 26, 2010

La Fanfare Pourpour a défilé dans les rues de Saint-Césaire, samedi, à la surprise de bien des citoyens. Fidèles à leur réputation, les dix-sept musiciens de ce joyeux orchestre ont brassé la cabane et en ont fait danser plusieurs.

«C’est joyeux, c’est festif, c’est extraordinaire! Ça fait plusieurs années que je les connais et quand j’ai su qu’ils venaient à Saint-Césaire, j’ai trouvé que c’était un beau cadeau», a confié Lucie Trottier, de Granby. À l’image d’une quarantaine de curieux, elle a suivi le défilé qui a entre autres traversé le centre-ville.

«L’objectif est de faire la fête avec des gens qu’on aime!», a lancé Lou Babin, l’âme de la fanfare, pour expliquer ce qui anime le groupe. «On joue surtout sur scène, mais parfois pour faire plaisir aux gens, on sort dans la rue. Le contact avec les gens est bien intéressant. On voit les gens sortir sur les balcons, c’est spontané», s’est-elle réjouie.

C’est Suzanne Provencher, de la maison de la culture Au cœur de la Montérégie, qui a eu l’idée d’inviter la fanfare à Saint-Césaire. «Je la connais depuis toujours, a-t-elle dit. Elle devait venir dans le cadre du festival Rythmes du monde et percussions et lorsqu’on a su qu’il ne pourrait avoir lieu, je n’ai pas osé l’annuler. C’était un trop beau projet», dit-elle en ajoutant qu’elle souhaite maintenant mettre sur pied un festival de la fanfare dans la municipalité.

C’est joyeux, c’est festif, c’est extraordinaire!

Fanfare Pourpour

Québec Info Musique, June 29, 2010

La fanfare est un concept musical qui remonte à la nuit des temps, associée d’abord et avant tout aux activités officielles, qu’elles soient militaires ou civiles. Il s’est toutefois trouvé, à différentes époques, des musiciens pour en détourner la pratique et en présenter une version populaire, qui peut sembler anarchique aux oreilles non prévenues.

Deux des utilisations dérivées les plus célèbres de l’esthétique de la fanfare demeurent le jazz (les fameuses parades mortuaires de la Nouvelle Orléans) et la musique de cirque. À l’époque moderne, on ne peut passer sous silence le faux groupe Lonely Hearts Club Band des Beatles et toute une esthétique héritée des années psychédéliques. C’est dans cette voie que sont nées des expériences comme le Grand Cirque Ordinaire, qui y jouxtait une activité théâtrale, puis l’Enfant Fort et le Pouet Pouet Band, au cours des années 1970.

On retrouve d’ailleurs des membres de ces deux dernières formations (Benoît Fauteux, Christine Lajeunesse, Claude Vendette) à l’origine de La Fanfare Poupour, qui prenait forme une quinzaine d’années plus tard, en 1995. À ces fanfarons s’ajoutaient aussi des membres de collectifs tels Conventum (René Lussier), Montréal Transport Limité (Lou Babin, Bernard Poirier), Ambiances Magnétiques (Jean Derome) et d’autres musiciens d’horizons divers.

Un premier album Fanfare Pourpour… Tout le monde est produit sur la nouvelle étiquette DAME / Monsieur Fauteux m’entendez-vous? (MFMV 01), en 1999. Ses membres ont toutefois des occupations multiples, en plus de mener divers projets personnels et ce n’est que cinq ans plus tard qu’on retrouve un second album Le bal. Il sera suivi par deux autres projets, plus rapprochés, en 2007 et 2010.

Maintenant composée de vingt musiciens, dont une majorité de compositeurs, La Fanfare Pourpour propose avec Danse des breloques un éventail de leurs différentes écritures, qu’il s’agisse de musiques sautillantes comme la pièce titre ou Le retour de Pelle, de valses expressives telles que Transport Suzanne, voire de flirts avec la musique western, Partir ou bien la pop Croise le pont. L’éclatement de la scène musicale actuelle ferait-il mentir le verdict porté sur Montréal Transport Limité en 1984, prouvant que, oui, en 2010 «Le monde est prêt pour La Fanfare Pourpour»?

Ça rime comme dans «Luc et Lou». Les flonfons de la Fanfare Pourpour

Josée Blanchette, Le Devoir, June 4, 2010

Luc et Lou disent «la Pourpour» comme on évoque «la Bolduc» ou «la Poune». Et on les appelle «Luc et Lou» comme on disait «Bonnie and Clyde» ou «Johnny and June» (Cash), une rime comme une autre. Les légendes ne brillent pas toujours sur les marquises de théâtres huppés. Celle de Luc (Proulx) et Lou (Babin) est à leur mesure, une histoire d’amour entre la musique et eux, entre la discrétion et la générosité, entre la marge et la liberté.

Je le pratique depuis quelques années, ce duo membre d’un orchestre de 20 musiciens qui caracole le long des routes entre la Gaspésie, l’Europe, Montréal et l’Estrie, une guitare et un accordéon dans les caissons. Ne leur manque qu’une fleur au chapeau et une rime à la boutonnière.

Je les ai vus chanter dehors par moins 30 °C, au ras du poele dans des cabanes à sucre, sur scène lorsque Lou pousse ses magnifiques interprétations country de Dolly Parton, Linda Ronstadt et Emmylou Harris (sur son disque fétiche — et le mien — Trio). Je les ai entendus interpréter des reels pour faire danser des skieurs gelés avec leurs bottines aux pieds.

Je croise ces deux routards de loin en loin depuis cinq ans en me disant chaque fois: faudrait bien que je parle d’eux. Ce ne sont pas des vedettes, ce sont des artistes, nuance. Normal que leur parcours se fasse en retrait des médias de masse.

Le lancement du quatrième disque de la Fanfare Pourpour, le bébé pieuvre à 38 bras et 19 têtes que Lou Babin berce de ses maternelles attentions depuis plusieurs années, n’est qu’un prétexte pour vous raconter leur histoire d’amour qui rime avec toujours, même s’ils ne se connaissent que depuis 34 ans et s’aiment depuis bientôt 20. «On s’aimait pis on le savait pas, constate Luc. Éros n’était pas encore au rendez-vous.»

Sans tambour ni trompette

Ils se rencontrent durant l’été 1976 grâce à la Pourpour, cette fanfare de rue un peu foraine, totalement contre-culture, digne du Temps des gitans, née un samedi de 1974 sur les trottoirs du Plateau Mont-Royal. Quelques potes voulaient sortir leurs trompettes et leurs tambours dans la rue. Le samedi suivant, ils étaient encore plus nombreux à suivre la fanfare improvisée; la Pourpour était née.

«Toi tu sortais avec Ben la Barouette, moi je revenais de la Gaspésie. J’avais 25 ans, t’en avais 20…», se rappelle Luc, 59 ans, qui n’a rien perdu de son look de poete et de son physique d’acteur. Ces jours-ci, il interprète le père de Gerry Boulet dans le film qui lui sera consacré. Luc a aussi fait partie de la troupe Carbone 14 durant sept ans. On le voit souvent dans des téléromans (Providence, Bouscotte) mais il n’est jamais autant lui-même qu’avec Lou et au sein de la Pourpour. «Ils m’ont accepté même si je ne suis pas un grand guitariste», convient Luc.

Lou dit la même chose de son talent d’accordéoniste, elle qui est passée du piton au piano sans jamais perdre ses bretelles. L’humilité de ces deux-là est un souffle frais dans un instrument à vent.

Leur esprit communautaire aussi. Issus de grosses familles, 16 enfants chez Luc, 9 chez Lou, ces deux nomades réunissent la Pourpour à leur maison de campagne, tout près de Saint-Fortunat, pour les pratiques de l’orchestre déjanté. Luc, en gars de la campagne qui sait tout faire, a construit la maison à la sueur de ses deux mains. Les grandes tablées ne leurs font pas peur. «On se booke quatre jours et on part là-bas avec les conjoints et les enfants, on répète trois heures le matin, trois heures l’après-midi, on fait bistrot le reste du temps et ça parle politique autour des tables; c’est vivant et on aime partager», raconte Lou.

Quand le disque est terminé, ils vont se faire entendre tambour battant à la salle municipale de Saint-Fortunat. «On offre une répétition publique et on passe le chapeau. C’est ma façon de m’impliquer dans la société, de redonner, de faire danser les gens», confie Lou, qui administre ce groupe autogéré. Y a pas juste les demandes de subventions dans la vie, y a aussi la vie.

La liberté n’est pas une marque de yogourt

Usée à l’underground, Lou ne fait pas de concessions. «J’avais pas assez le goût du mainstream. Je suis libre, ça se paye!» Luc renchérit: «La musique québécoise sonne toute pareille. Ça se ressemble, le format radio. Faut que ça passe chez Monique Giroux.»

«Toute mon énergie va à la Pourpour, ajoute Lou. C’est devenu ma famille de musique, un clan. Et peu à peu, les enfants des musiciens embarquent. Comme dans “Cent ans de solitude”, la Pourpour va continuer.» Son fils Némo, 29 ans, joue de la trompette avec la fanfare aussi. «Les jeunes qui embarquent dans la Pourpour on fait le Conservatoire alors que la première génération était autodidacte. Ça rehausse le niveau… mais la chicane pogne jamais. On s’entraide. On est libres, on a du fun, on est déjà allés deux fois à Bordeaux et on fera peut-être le tour du monde!»

Lundi dernier, sur la scène du Lion d’Or, au lancement de Danse des breloques, c’était la fête au village. Leur dernier disque laisse transpirer des accents de swing, klezmer, tango, jazz, d’Europe de l’Est. Lou clamait dans le micro que la Pourpour existerait encore dans 300 ans. Elle semblait à moitié sérieuse. La relève Pourpour porte une casquette pour se donner un genre, la vieille garde pour cacher sa calvitie.

Dans la salle bondée, on entendait le klaxon du tuba et la sonnette d’un vélo; ne manquait que le singe pour passer le chapeau. Tout ça, gratuitement, comme un élan. «On ne va pas seulement jouer trois tounes, assure Luc. On fait le disque au complet!» La Pourpour, c’est ça, rien à moitié. De la musique de bonne humeur, me suis-je dit. De la joie de vivre à écouter en plein air ou dans un film italien.

En revoyant Luc et Lou à l’avant-scène, j’ai pensé aux derniers mots de notre entrevue. Luc l’a regardée amoureusement en lançant: «Je t’invite à prendre une bière?» Une demi-heure plus tard, je les vois passer sur l’avenue du Mont-Royal, bras dessus, bras dessous, comme deux compères complices, seuls au monde. Ne manquait que l’accordéon et la guitare pour signer la musique d’un film dont la première scène serait jouée par une chanteuse country qui pleure en coupant un oignon et son coloc qui tombe en amour avec la larme en chute libre le long de sa joue.

***

Loué: le film Le Party de Pierre Falardeau, dans lequel Lou Babin joue une chanteuse country qui vient donner un spectacle à des prisonniers. Luc Proulx est également de la distribution. Lou m’a fait pleurer. «Le plus difficile, ç’a été d’apprendre à sacrer! Luc m’a coachée», dit celle que Falardeau a encensée dans son livre La liberté n’est pas une marque de yogourt.

Noté: les apparitions publiques de la Pourpour, dirigée par Jean Derome. Visez surtout l’extérieur, leur élément, le vendredi 11 juin, angle de Bullion et Mont-Royal, le samedi 12 juin, Place Dufresne, le reste sur leur site avec le disque: www.fanfarepourpour.com.

(…)

«Il y a de ça trente ans. La première édition de la fanfare Pourpour. À l’époque, il n’était pas nécessaire de savoir bien jouer. Il suffisait d’aimer être ensemble. J’avais remarqué une adorable petite femme qui y jouait du cor. J’ai donc appris un peu de trombone pour être plus près d’elle. J’ai eu un enfant d’elle. Aujourd’hui, l’orchestre joue merveilleusement bien. Viva Pourpour!»

Richard Desjardins

«C’est ça Lou Babin. Aller au bout. Travailler en équipe sans faire chier personne. Donner. Donner encore. Se donner.»

Pierre Falardeau, La liberté n’est pas une marque de yogourt

La Pourpour, c’est ça, rien à moitié. De la musique de bonne humeur, […] de la joie de vivre à écouter en plein air ou dans un film italien.

La Fanfare Pourpour s’amène, suivez la parade

Emilie Russo, Le Plateau, June 3, 2010

Le clan Pourpour et sa joyeuse bande de musiciens ont lancé le 31 mai dernier leur quatrième disque, Danse des breloques, au Lion d’Or. Pour son 15e anniversaire, la célèbre fanfare du Plateau-Mont-Royal offre 15 pièces originales composées par les musiciens de la Pourpour.

«On est le pire orchestre de marche au monde en quête de beauté», a dit Claude Vendette, joueur de saxophone et l’un des fondateurs de la fanfare.

En effet, la Pourpour n’a rien de militaire. Son nouvel album puise dans un répertoire varié et dansant, aux sonorités klezmer (6250 la track), western (Partir), arabes (Croise le pont), et gitanes (Danse des breloques). Outre les cuivres, on y entend des instruments variés comme la scie musicale, l’accordéon et le banjo, de même que les jolies voix des musiciens en chœur.

Ce quatrième album se démarque de son précédent, dédié à la musique de Lars Hollmer. Il rassemble une palette de dix compositeurs, tous des musiciens de la fanfare. «Tous les membres y mettent leur épice quand on fait de nouvelles chansons», illustre Némo Venba, trompettiste de la fanfare, compositeur et arrangeur musical. «Il y a une grande liberté dans notre orchestre, n’importe qui peut amener une pièce. Tu n’as même pas besoin de savoir écrire la musique pour composer pour la fanfare», ajoute Pierre Emmanuel Poizat, clarinettiste, également compositeur et arrangeur musical.

Le résultat n’en est pas moins professionnel. Sur les 20 musiciens que compte la fanfare, plusieurs ont reçu une solide formation au Conservatoire de musique ou sont reconnus sur les scènes de jazz et de musiques actuelles, mais il y a également plusieurs musiciens autodidactes. Dans cet orchestre sans chef d’orchestre, chacun apporte son bagage et contribue à la musique. «C’est plus un clan qu’un groupe de musique», dit Luc Proulx, à la fois acteur, danseur, chanteur et guitariste de la fanfare.

La famille de la Pourpour ne cesse de s’agrandir depuis ses débuts, mais continue de rajeunir. Les musiciens comme Némo et Pierre Emmanuel prennent la relève aux arrangements, à la composition et à la direction musicale. «Il y a une transformation à savoir que la deuxième génération de musiciens s’affirme de plus en plus, et a un niveau musical plus élevé. Ça se complète mieux», avance Lou Babin, accordéoniste et fondatrice de la fanfare.

Déjà, les enfants des musiciens joignent la fanfare. «On est 20, je prédis que d’ici 5 ans on sera 30, et ça nous prépare à notre projet de faire une fanfare à 100 musiciens un jour, mais ça, c’est une autre histoire!», lance Némo.

La tradition des fanfares sur le Plateau

Tout a commencé autour d’une caisse claire et d’une trompette, quelque part sur le Plateau, en 1974.

Arrivée à Montréal à l’âge de 20 ans, Lou Babin a fait la connaissance d’une «gang d’hurluberlus»: François Gourd, Christine Lajeunesse et Benoit Fauteux. Ils sont sortis tout bonnement, un samedi en après-midi, pour jouer dans la rue. La parade est vite devenue une tradition qu’ont suivie des dizaines de personnes armées de casseroles. La fanfare de l’Enfant fort était née. «Certains savaient jouer, d’autres non!», explique Lou Babin. «L’idée c’était de rencontrer les gens dans un esprit de fête. Ça a duré deux ans, puis on est partis en tournée.»

Le goût de jouer sur scène et d’interpréter des pièces plus travaillées a mené à la création de la Pouet Pouet Band en 1978. Deux ans plus tard, le fils de Lou, Némo, naissait. Puis, plusieurs membres de la fanfare se sont dispersés.

Seize ans plus tard, le goût de faire de la musique est revenu. La Fanfare Pourpour a vu le jour en 1995 et a lancé son premier album quatre ans plus tard. Aujourd’hui, la Fanfare joue plus souvent sur scène que dans la rue, mais n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa spontanéité.

Spectacles à venir

C’est sur une scène qu’il faut voir la Fanfare Pourpour pour saisir son énergie et sa poésie.

«Quand on est là, il y a un événement qui se produit. Un gros orchestre comme ça qui joue, ce n’est pas anodin. Il y a un effet de masse!», avance Pierre Emmanuel Poizat.

Aujourd’hui, la Fanfare joue plus souvent sur scène que dans la rue, mais n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa spontanéité.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.