The New & Avant-garde Music Store

Victoriaville mai 2011 Richard Pinhas, Merzbow, Wolf Eyes

… when the reins are let loose — it happens quite often, especially in the 9 ½ minutes of the encore — it’s still better to step back a little to avoid the flames. The Squid’s Ear, USA

La stratégie est parfaite. La proie n’a aucune chance. Les loups ont faim, et pire encore, ils ont le goût de s’amuser un peu. tout va bien, Québec

Recorded at the 27th Festival international de musique actuelle de Victoriaville on May 20, 2011.

  • Victo
  • VICTO 124 / 2012
  • UPC/EAN 777405012425
  • Total duration: 57:28

Victoriaville mai 2011

Richard Pinhas, Merzbow, Wolf Eyes

In the press

  • Massimo Ricci, The Squid’s Ear, September 16, 2013
    … when the reins are let loose — it happens quite often, especially in the 9 ½ minutes of the encore — it’s still better to step back a little to avoid the flames.
  • François Samson-Dunlop, tout va bien, no. 12, March 1, 2013
    La stratégie est parfaite. La proie n’a aucune chance. Les loups ont faim, et pire encore, ils ont le goût de s’amuser un peu.
  • Réjean Beaucage, Voir, January 10, 2013
    Ça a été l’un des concerts les plus costauds, sur le plan sonore, auxquels j’ai pu assister au Festival international de musique actuelle de Victoriaville.

Heard In

Massimo Ricci, The Squid’s Ear, September 16, 2013

“The noisiest concert of FIMAV 2011” is an unsurprising press release designation as soon as you take a look at the names behind this document. However, Victoriaville Mai 2011 comprises “spontaneous compositions” that seem to be born from quietness: the set begins with rarefied synthetic signals and small background noises, to end instead in a type of reasonably regimented mayhem where each of the components is given a proper role. A process of nuclear fission observed from safe distance, in a way.

There are at least two factors that prevent the music to cross the borders of utter chaos. Pinhas’ all-encompassing guitar loops are — rather evidently — the main anchor for the whole sonic ship to stay within the waters of harmonic tolerability, whereas the occasional pulsations produced (presumably) by Masami Akita’s electronics throw an ounce of virtual steadiness to distorted heaps, uncontainable oscillations and straying feedbacks. Yet it’s not easy to establish where exactly supreme noise and functional sound meet in the Japanese’s arsenal.

On the other hand, Wolf Eyes are definitely a fundamental addition to this rite of cathartic discharge, perfectly put in plain detail by Nathan Young’s filtered screaming. On the contrary, unobtrusively condensed lumps of sax and guitar collocate a few sections of the improvisation straight into Tranceville, slight echoes of early minimalism crossing the mind as one imagines benign smiles by Terry Riley and Tony Conrad should they ever stumble upon the “calmer” traits of this record. But when the reins are let loose — it happens quite often, especially in the 9 ½ minutes of the encore — it’s still better to step back a little to avoid the flames.

… when the reins are let loose — it happens quite often, especially in the 9 ½ minutes of the encore — it’s still better to step back a little to avoid the flames.

Les loups ont faim

François Samson-Dunlop, tout va bien, no. 12, March 1, 2013

La stratégie est parfaite. La proie n’a aucune chance. Les loups ont faim, et pire encore, ils ont le goût de s’amuser un peu. Richard Pinhas est confortablement assis au milieu du mur de son. Le vieux guitariste français semble calme, il inspire une certaine confiance. La proie se sent donc invitée. À sa droite veille Merzbow. Le bruitiste de 55 ans semble figée. Respire-t-il? Est-ce un robot? Non, un robot n’oserait jamais nous proposer si gentiment une certaine idée de la peur. À l’extrême gauche, le guet. Le trio américain Wolf Eyes se lèche les babines à grand coups de sur-amplifications électriques. Sous leurs lunettes fumées uniformes, leur regard ne fait plus qu’un, parfois, amalgamant même celui de Merzbow. Le trio jappe. Par moments, à coup de paroles indescriptibles lancées par Nathan Young, par d’autres, sous le fouet tranchant du saxophone alto de John Olson. De ce que l’on qualifiait de proie ne reste qu’une victime du barrage de sons qui fut. Qui reçoit une si belle mort, ne peut-il qu’espérer la fin des temps? Mais voilà, la bête ne tue pas: elle ne lance qu’une invitation à la prochaine hantise.

La stratégie est parfaite. La proie n’a aucune chance. Les loups ont faim, et pire encore, ils ont le goût de s’amuser un peu.

Disques

Réjean Beaucage, Voir, January 10, 2013

Ça a été l’un des concerts les plus costauds, sur le plan sonore, auxquels j’ai pu assister au Festival international de musique actuelle de Victoriaville. Le genre qui s’écoute avec des bouchons, quitte à perdre quelques fréquences. La guitare de Richard Pinhas était complètement noyée dans le mix, et même le tonitruant Merzbow semblait disparaître sous la déferlante du trio Wolf Eyes. Hé bien, la magie du disque remet tous ces éléments à leur place; on entend du sax, de la guitare et même de la voix entre les nappes de sons transistorisés qui s’entremêlent avec pas mal plus de subtilité que la tonne de briques reçue en concert. Le développement de cette musique improvisée est nettement plus dynamique ici et ce noise s’écoute fort bien.

Ça a été l’un des concerts les plus costauds, sur le plan sonore, auxquels j’ai pu assister au Festival international de musique actuelle de Victoriaville.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.